Compléter ses revenus en travaillant lorsqu'on est étudiant est possible en France.

Législation française

Chaque étudiant étranger a le droit de travailler pendant ses études en France dès lors qu'il est inscrit dans un établissement ouvrant droit au régime étudiant de la Sécurité Sociale (et qu'il dispose d'un titre de séjour s'il n'est pas ressortissant de l'Union Européenne). Ce droit concerne tous les étudiants, y compris ceux arrivant en France pour la première fois ou inscrits en première année ou inscrits à temps plein dans une école de langue.
Il n'est plus nécessaire d'obtenir une "Autorisation Provisoire de Travail" (APT) pour exercer une activité professionnelle d'appoint pendant ses études.

La législation autorise les étudiants étrangers à travailler 964 heures maximum dans l'année, ce qui correspond à 60% de la durée normale du travail en France. Il faut savoir que ce travail à mi-temps ne permettra pas de couvrir la totalité de ses dépenses, il ne peut s'agir que d'un salaire d'appoint.

Salaire minimum

Il existe en France un salaire minimum, le SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) dont le montant est de 8,86 Euros bruts (c'est à dire avant prélèvement des cotisations sociales obligatoires, environ 20%) par heure de travail effectif.