De nombreuses différences existent entre la France et l’Indonésie dans la façon de croire, de vivre et de pratiquer sa religion.

La France est un Etat laïc depuis plus d’un siècle (loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905). La laïcité est un principe auquel sont très attachés les français : c’est un symbole d'unité rassemblant les hommes d'opinions, de religions ou de convictions diverses. A l’opposé de l’Indonésie où la religion est notée sur la carte d’identité, la République française s’interdit de poser la question de l’appartenance religieuse dans les recensements légaux.

Historiquement, la France est un pays chrétien (catholique et protestant), c’est pourquoi, vous trouverez des églises, cathédrales, basiliques dans toutes les villes ou les plus petits villages.

Aujourd’hui, la population française compte seulement 35% de personnes déclarant croire en un dieu, quel qu’il soit. Parmi cette partie de la population, on compte peu de pratiquants.

Toutes les religions sont représentées en France. Il n’existe pas de statistiques précises (parce que la France ne considère pas le critère religieux dans ses études : ce serait aller à l’encontre du principe de laïcité) mais des sondages d’opinion permettent d’avoir une idée de la répartition des français entre les différentes religions* :
 - catholiques : 55 %
    - catholiques qui croient en Dieu : 27 % de la population française
    - catholiques agnostiques (qui doutent de l'existence de Dieu) : 15 % de la population française
    - catholiques athées (qui ne croient pas en Dieu, catholiques par tradition) : 9 % de la population française
    - Chrétiens sans précision : 4 %
- musulmans : 4 %
- protestants : 3 %
- juifs : 1 %
- sans religion : 31 %
- Autres / Sans opinion / Aucune déclaration : 6 %

Dans la vie quotidienne, les français parlent ouvertement de religion mais restent discret sur leur propre appartenance religieuse. C’est une façon de respecter les croyances des autres, de ne pas entrer dans une sphère considérée comme personnelle, voire intime.

Porter un symbole religieux quel qu’il soit (croix chrétienne, voile, kippa, etc.) est déjà une façon de montrer son appartenance religieuse, ces symboles sont interdits dans les écoles, collèges et lycées publiques (Loi de 2004, article L.141-5-1du code du Code de l’Education). Dans l’enseignement supérieur, ces symboles sont tolérés. L’idée est donc de se sentir libre de pratiquer sa religion, tout en essayant de ne pas gêner les croyances des autres.

* Sondage de l’institut CSA réalisé en 2006 – cité par Henri Tincq, « Les Français sont de moins en moins catholiques », dans Le Monde, 10 janvier 2007